Andlat rôleplay Forum Index
Andlat rôleplay Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

Dorethia la Sulfureuse.

 
Post new topic   Reply to topic    Andlat rôleplay Forum Index -> Valar Dohaerys -> Back-Ground des personnages
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Dorethia
Administrateur du Forum et de la Zone
Administrateur du Forum et de la Zone

Offline

Joined: 05 Jul 2012
Posts: 8
Localisation: Quelque part
Féminin
500: 1.00
Point(s): 8

PostPosted: Sun 26 Aug - 14:21 (2012)    Post subject: Dorethia la Sulfureuse. Reply with quote

(Petite musique d'ambiance) 










Lors du voile de l'hiver, il y a maintenant 150 ans, une jeune Andu'Dorei vint au monde, son nom Dorethia Andlat'Lyr, sa naissance se fit non sans douleur pour sa mère et sa vie fut prospère mais pour mieux la connaître et peut-être essayer de la comprendre, il faut entrer dans le détail...


La femme gémissait, ses muscles contractés la faisait se recroqueviller sur son ventre bombé, ses cuisses écartées n'attendaient qu'une chose ; la sortie du petit être qui avait élu domicile dans la matrice maternelle. Un hémomancien regardait la scène, il était là pour veiller à ce que tout se passe bien, gérant les afflux sanguins des deux êtres si nécessaire. Faollin Andlat'Lyr regardait avec inquiétude sa femme, il trouvait que cela faisait trop longtemps et sa deuxième préoccupation était de savoir si c'était un garçon. Sa femme, Laerya, n'avait mis au monde qu'un seul garçon et deux filles, la première était l'aînée et la seconde la benjamine, du moins temps que le petit à venir n'était pas encore né.
Laerya poussa un cri perçant, tandis que tout son organisme se contracta pour libérer l'enfant. Étant une famille noble, descendante d'une des familles régnantes (les Asha'Lyr pour être plus précis, et la famille « Andlat » signifiant « La Mort » chez les Andu'Dorei) il était normal que plusieurs personnes soient présentes, dont des représentant de quelques familles plus ou moins importantes ainsi que l'hémomancien. Enfin la tête se faisait apercevoir, le plus gros était normalement fait.
De fines gouttes de sueur perlaient le front de Laerya tandis que ses traits à l'ordinaire si doux étaient à présent crispés en une grimace de douleur (la péridurale n'existant pas en Azeroth), elle poursuivit ses effort et au bout de plusieurs heures de travail, on put extraire l'enfant du corps de sa mère. Il était petit et maigrichon, un enfant qui allait probablement crever au bout de quelques mois, et pour combler Faollin, c'était une autre fille. Elle fut emmenée à sa mère une fois le cordon coupé et son petit corps nettoyé, Laerya sourit en voyant le petit être et regarda un instant son époux qui avait le regard septique et légèrement déçu en voyant une nouvelle fille, cependant il ne pouvait réprimé son contentement de part le fait que sa compagne et sa fille soient en vie. Elle fut nommée Dorethia.
Cette Dorethia, malgré sa constitution chétive, était parvenue à vivre plus longtemps que le « diagnostique » qui fut donné à sa naissance. Elle avait dix ans et c'était une charmante et aimable petite fille, ses yeux étaient noirs tandis que sa chevelure légèrement argentée donnait l'impression que son visage était encadré dans une auréole. Vive d'esprit et espiègle elle jouait plus souvent avec Faeryn, son frère aîné, plutôt qu'avec ses sœurs. Cinq années les séparaient et pourtant ils étaient autant complices que si ils avaient le même âge, ils avaient pour habitude de jouer avec le petit Ardryan, le fils aîné d'un des serviteurs de la famille Andlat'Lyr, qu'ils considéraient comme leur égal. Dorethia et son frère s'était fait une promesse alors qu'ils avaient cinq ans de moins, et tout deux voulaient honorer cette promesse : s'épouser lorsqu'ils seraient plus grands, après tout il était coutume que frères et sœurs d'une famille de « Sang Pur » s'épousaient pour préserver le Sang de leur lignée. Néanmoins leurs parents n'étaient pas au courant de cette petite manigance ou caprice enfantin. Sans qu'elle le sache Ardryan qui avait le même âge que Faeryn, était éperdument amoureux de sa petite maîtresse, un amour pur et sincère, la chérissant et faisant tout pour qu'elle soit heureuse. Les deux parents, Faollin et Laerya avaient durant ses années, payés un précepteur pour leurs enfants qu'ils continuaient à mettre au monde si bien, qu'il y eut trois autres enfants après Dorethia ; deux filles et un garçon nommés : Anarya, Aedail et Viserys
En réalité, la petite promesse ne put être respectée, Faeryn se vit dans l'obligation d'épouser une autre fille de noble, Dorethia la jugeait aussi l'aide et débile qu'un escargot. Faeryn et sa nouvelle épouse étaient du même âge et c'était bien évidement un mariage arrangé. Dorethia fulminait tandis que son frère semblait ne rien voir et même être heureux de son mariage. Ardryan réconforta sa petite maîtresse et dormit avec elle cette nuit là. Quelle ne fut pas sa gène de sentir les réactions de son corps alors que Dorethia s'était blottie contre lui, endormie à poings fermés et lui toujours éveillé. Il enlaça sa jeune maîtresse et ferma les yeux, son parfum remplissant ses narines et ses rêves furent d'une douceur incroyable.
Au réveil, Dorethia pestait contre sa belle-sœur et cherchait un moyen de l'éradiquer, jalouse et possessive elle criait à qui veut l'entendre que Faeryn était sien et que l'autre laideron aurait du épouser un vieux débris plutôt que son noble frère. Les années passèrent et Dorethia eut dix-huit ans, elle était maintenant en âge de se marier et refusait catégoriquement que ses parents ne la mette avec quelqu'un qu'elle ne choisirait pas elle même. Ardryan était devenu son majordome personnel et veillait au confort de sa Maîtresse, cette-dernière ayant toujours en tête d'évincer l'horrible pustule, comme elle avait l'habitude de la nommer, qui servait de compagne à son Faeryn.
Dorethia était d'une grande beauté, sa peau pâle relevait ses yeux qui étaient légèrement violets et sa chevelure argentée la faisait jalouser plusieurs femmes. Enfin malgré sa silhouette fine elle avait des formes qui plaisaient aux regards de la gente masculine et était assez agile et souple pour esquiver nombre d'embrassades dont les « mâles » étaient les principaux auteurs. Pour cette année exceptionnelle, une fête fut célébrée en son honneur alors qu'elle avait trouvé un nouveau précepteur ; un Tisseur-d'Ombre qui avait accepté de lui prodiguer des leçons. Cependant elle devait d'abord se préparer à la fête en son nom avant de s'élancer sur la voie périlleuse des ombres, pour se faire elle revêtit une robe de soie violette et mit un collier en améthyste, la pierre venant se placer légèrement au-dessus de sa poitrine et pour finir elle mit des escarpins à talon de quelques pouces la grandissant légèrement. Elle s'élança dans la salle de balle à l'heure convenue et fut éblouie par le nombre d'invités, elle savait que ce n'était pas ses parents qui avaient organisé cette somptueuse réception mais ne se souvenait plus du nom de ses « bienfaiteurs ». La salle étaient remplies de décorations faites de glaces, tandis que la foule s’agglutinait autour d'elle, cherchant à lui dérober une danse ou quelques mots doux. Nombreux présents lui furent offerts et alors qu'elle était devenue le centre principal de l'attention des invités, les lourdes portes s'ouvrirent laissant apparaître une silhouette tout de blanc vêtue, ses cheveux étaient d'un argent blanc si pur qu'on aurait dit de la neige, et ses yeux bleus éclatant semblaient être des étoiles naissantes tandis que son corps pourvu de courbes ravissait la gente masculine et son visage semblait être l’œuvre d'un des plus grands sculpteur de glace. Lanaerys Targaryen s'avança lentement dans la salle, le son de ses talons contre le sol était devenu l'unique source de bruits dans la salle et la foule se mit à chuchoter avant de s'avancer vers elle, celle-ci dérobant le rôle de centre d'intérêt de Dorethia qui serra son verre, le fissurant légèrement. Alors que la foule s’agglutinait autours de Lanaerys, elle avançait vers Dorethia et lui dit doucement :
« Félicitations pour vôtre dix-huitième année, Dame Dorethia, c'est un honneur de vous rencontrer. »
Et avant que Dorethia ne put lui répondre, elle partit errer dans la salle de balle suivie par une troupe d'admirateurs et accompagnée par son serviteur favoris : Alvador. Dorethia avait eu le temps de regarder dans les yeux de la « Princesse » Targaryen et semblait y avait lu une once de tristesse et de mélancolie comme si la vie n'était plus intéressante. Tandis qu'elle se remettait de ses émotions et buvait le contenu de son verre dont elle ne savait même plus de quoi il était rempli, elle fut éblouie par la venue d'une autre invité. Elle en ouvrit la bouche en la voyant, cette personne était l'incarnation de la perfection à ses yeux, elle ne l'avait vue que par la fenêtre de sa chambre lorsque cette personne se promenait dans les rues de Valar Morghulis, elle était devenue rapidement son modèle et l'unique personne qu'elle désirait : Alryvia Agaëti-Sangraën. Cette dernière avait pour l'occasion était habillée une longue robe avec une petit traîne, toute de rouge, tel le sang fraîchement versé ce qui s'accordait avec ses yeux écarlates et la pierre qui ornait sa gorge, ses cheveux aussi noir que les ailes d'un corbeau ondulaient légèrement et semblaient être animés à chacun de ses pas.
Dorethia était en admiration si bien qu'elle ne put bégayer lorsqu'Alryvia vint se présenter à elle en souriant, Dorethia admirant son fin visage, doux et pur alors qu'elle repartait dans la salle pour accomplir les modalités qui incombaient à sa personne.
La soirée fut splendide, merveilleuse, magique, des animations venaient agrémenter la salle entre chaque danse, toutes offertes par l'un des invités présents lors de cette réception gargantuesque. Dorethia avait trop bu et était finalement un peu saoule, Ardryan du la raccompagner à sa chambre lorsque la soirée prit fin. Lorsqu'il la déposa sur son lit elle s'endormit doucement et semblait sans défenses, le jeune majordome devait rester prêt d'elle et semblait embarrassé de la voir ainsi démunie. Au bout de quelques heures, alors qu'il la contemplait, elle émergea doucement, ouvrant les yeux et voyant Ardryan assis face à elle. La jeune fille sourit doucement, l'alcool ingurgité faisant toujours quelques effets sur elle et elle intima à Ardryan :
« Ardryan, vient ici »
Le jeune homme obéit et s'assit à côté de sa jeune Maîtresse.
« Retire ma robe et mes chaussures s'il te plaît. » Demanda-t-elle avec gentillesse.
Ardryan se sentit fébrile en entendant ses mots mais il opina retirant d'abord doucement les escarpins de sa Maîtresse puis la pierre qui ornait sa gorge avant de défaire les lacets dans le dos de Dorethia. Alors qu'il eut fini, elle se retourna passant ses bras autour de sa nuque attirant le jeune majordome à elle et l'embrassa tendrement, ce dernier fut surpris et tenta d'abord de la repousser mais la petite s'accrochait à lui, il ne put croire que ce qu'il souhaitait depuis tant de temps allait se produire. Il sentit les mains de Dorethia retirer ses vêtements, le mettant peu à peu torse nu, ses fins doigts parcourant son torse tandis qu'il glissait ses mains dans le dos de sa Maîtresse défaisant sa robe par la même occasion, la mettant nue face à lui. La voyant ainsi il senti son entre-jambe se dresser alors qu'elle lui défaisait la ceinture et baissa son pantalon qu'il retira après avoir enlevé ses chaussures en appuyant dessus avec ses pieds, enfin elle le mit nu alors qu'il la caressait, son corps parcouru de frisson, la bouche brûlante d'Ardryan lui dévorant la gorge. Elle s'allongea sur le lit en rougissant et écartant timidement les cuisses puis il vint se mettre sur elle, la caressant, l'embrassant dirigeant son membre vers l'intimité de sa Maîtresse. Elle ne put garder le cri de douleur lorsqu'il rentra en elle et se mit à gémir alors qu'il allait et venait doucement et lentement. La douleur laissait place au plaisir petit à petit. Ils firent ce que l'on nomme « l'amour » toute la nuit durant, à des rythmes et cadences variés, tantôt lui sur elle ou elle sur lui, ils s'appartenaient mutuellement.
Au petit matin, ils se séparèrent et firent mine de rien durant la journée, elle parti voir son nouveau tuteur pour apprendre à manier les ombres.
Elle subissait un entraînement dur et acharné, sa concentration et son esprit étaient mis à rude épreuve tandis qu'elle ne parvint à matérialiser qu'un semblant d'orbe composé d'ombre, son professeur nomma cela « un balbutiement d'ébauche d'ombres ». Déçue et éreintée elle rentra chez elle et s'allongea sur sa couche remarquant que les draps été changés et qu'un plat proposant divers mets et une coupe de sang était posé sur sa table de chevet. Elle dévora tout ce qui put être absorbé et se délecta du sang qui était dans la coupe, cherchant à savoir à qui il avait appartenu. Alors que la nuit vint, Ardryan aussi vint dans la chambre pour s'enquérir de l'état de sa maîtresse, ceci se conclut en une nouvelle nuit remplie de plaisirs charnels entre les deux amants.
Pendant plusieurs mois alors qu'elle commençait à mieux maîtriser les ombres, ils furent amants se perdant dans des passions et jeux interdits. Mais Dorethia devenait avide et pervertie, elle chercha le plaisir ailleurs et ce fut son frère Faeryn qui fut son Amant en plus d'Ardryan, ce dernier jalousant Faeryn mais était content, temps que sa Maîtresse et lui continuait à se voir le soir même si ce n'était pas un Amour à double sens.
Dorethia essaya presque tout, les hommes mais aussi les femmes, parfois en couple ou à trois, cela ne la gênait pas plus que cela, elle devait cependant garder ses aventures secrètes. Elle rêvait d'avoir Alryvia Agaëti-Sangraën dans son lit pour ne serait ce qu'un soir mais elle savait pertinemment que ce rêve lui était interdit. Elle s'abandonnait lentement dans la luxure et la débauche alors qu'elle devenait une Tisseuse-d'Ombres, son professeur au bout de dix années avait épuisé son savoir et avait finit de nombreuses fois dans la couche de son élève ou même dans sa couche avec son élève. Dorethia n'avait aucune liaison durable, sauf Ardryan et Faeryn, elle les considérait comme ses favoris et accomplissait leur moindre désir sexuel. Les années passèrent inexorablement, Dorethia possédait un petit Manoir offert par ses parents pour célébrer ses cents années d'existences, elle s'y établi avec Ardryan et quelques serviteurs qu'elle choisit personnellement pour leurs « capacités ».
Elle avait parmi tout les autres un hémomancien ; celui-ci lui permettait entre autre de ne pas se faire engrosser lors de ses jeux et plaisirs charnels qu'elle entreprenait avec des hommes.
Elle avait enfin appris à maîtriser les ombres correctement et tentait de leur donner vie pour tuer la catin qui servait de femme à son frère. Chaque soir avant de finir dans les bras d'un homme ou d'une femme elle s'exerçait, cet exercice lui demandait une grande concentration et de nombreux efforts, l'épuisant et la rendant vulnérable à son partenaire du soir.
Alors qu'elle devenait plus forte et que sa débauche étant à son apogée, les ténèbres, la puanteur et la mort vinrent d'abattre sur Valar Morghulis. Le Fléau débarqua, le Sénat savait de quoi il en retournait et ses membres furent trop arrogants et probablement trop séniles pour placer le Royaume en sûreté caché aux yeux de tous. La jeune fille se réveilla, seule, nue dans son lit, elle s'étira doucement et ne perçut pas les rayons de lumières qui faisaient office de soleil artificiel à la ville. Elle entendit des bruits de pas et se dirigea vers la fenêtre pour observer. Une odeur nauséabonde portant des relent de pourriture parvint à ses narines si fines tandis qu'au loin les cris de la populace effrayée se faisaient entendre. Elle regardait l'entrée de la ville qui vomissait des flots de créatures décharnées, décomposées et décérébrées, un grand cavalier accompagnés par deux silhouettes encapuchonnées semblaient diriger la troupe. Elle se retourna subitement prise d'un instant de panique et se trouva devant Ardryan qui lui tendait une robe, elle la prit et il ne lui enfila pas comme à son habitude, à la place le jeune homme chargea des valises de vêtements et de pierreries appartenant à sa Maîtresse, Dorethia demanda alors inquiète :
« Que ce passe t-il ?! »
« Une armée de non-morts ma Dame, il se trouve probablement que l'un de nos lointain cousin Quel'Dorei ait vendu la mèche à nôtre propos pour retarder l'invasion qui menace leurs terres. » Répondit alarmé et pressé le jeune homme.
Dorethia mit avec empressement la robe tandis que son Majordome finissait les valises en toute hâte, elle regarda un instant par la fenêtre et cru voir le devant de la demeure des Targaryen recouverte de piques de glaces qui bombardaient les créature non-mortes. Possible que ce fusse là l’œuvre de Lanaerys Targaryen, cryomancienne de renommée. Dorethia pensa soudainement à Dame Alryvia, et si elle était morte ? Prise de panique elle se hâta de finir de s'habiller prit la dague qu'elle cachait sous son oreiller avant de se diriger vers la porte. Ardryan l'en empêcha lui disant :
« Des navires nous attendent sur la côte Sud, Ma Dame. Vous devez prendre l'un d'entre eux. »
« Je … Je dois vérifier quelque chose d'important, voir … Voir si mon frère a quitté sa demeure » Répondit-elle lentement, une idée malsaine germant dans son esprit. « Vas-y, veille sur mes affaires jusqu'à mon retour et prend l'un de ses navires, nous nous retrouverons Ardryan, prend soin de toi. »
« Mais ma Dame » Protesta le concerné.
« Il n'y a pas de mais, obéit. »
Il s'inclina et prit la porte à sa suite. Tandis qu'il bifurqua pour prendre l'unique passage secret de la demeure qui menait à la surface, elle continua de descendre les marches la dague en main. Elle ouvrit la porte principale de sa demeure et parti en direction de celle de Faeryn. Elle se demanda sur le trajet si ses parents étaient en sécurité ainsi que Dame Alryvia et pria pour que son frère et son idiote de compagne ne soient pas encore partis. Fort heureusement pour elle, elle les intercepta, les créatures non-mortes à leurs trousses. Elle se proposa d'aidée sa belle-sœur à porter l'une des valises et celle-ci accepta, Dorethia fit semblant de trébucher, tombant sur la "bouffonne" et vint fourrer sa dague, qu'elle avait au préalable imbibée de son sang, dans le ventre de la cruche qui était sous elle. Marmonnant des excuses elle prit son temps en souriant à l'agonisante pour se relever attendant que les non-morts soient assez proches pour qu'elle puisse leur faire porter le coup. Prenant la valise elle sentit la main de son frère l'aider à se relever et vit sa belle-sœur se relever crachant légèrement du sang avant qu'une main griffue et décomposée ne lui prenne la tête l'arrachant d'une violant coup, le sang barbouillant Dorethia et Faeryn, celle-ci hurla pour mimer la panique et elle se précipita avec son frère dans sa propre demeure, barricadant les portes du mieux qu'elle put avant d’emprunter le passage secret. Courant à toutes jambes ils n'eurent le temps d'échanger mots et furent sur les quais bondés. Alors qu'elle pensait enfin l'avoir pour elle seule, la foule grossissant les sépara, elle le perdit de vue et se fit embarquée de force sur un navire cherchant un visage connu. Au loin elle perçut Dame Alryvia penchée sur une silhouette qui semblait être faite de glace et qui était étendue sur le sol, une tâche sombre lui recouvrant l'abdomen, le serviteur de Dame Lanaerys aux côtés de la silhouette de glace semblait pleurer et alors qu'elle s’apprêtait à aller à leurs rencontre en quittant le navire, ce dernier releva l'ancre et laissa le vent porter les voiles.
Dorethia se retrouvait seule au milieu de tous.
Les navires prirent tous des directions différentes, celui de Dorethia parti vers le Sud accompagné par plusieurs autres mais ce fut le seul et le premier à accosté au bout de plusieurs heures de voyages. Il était à quai, le « port » qui se présentait aux survivants grouillait de créature de petite taille et disposant d'une forte pilosité pour ce qui semblait être la catégorie mâle : des Nains. Dorethia comme beaucoup d'autres n'en avait vu que dans des livres, dont une encyclopédie regroupant les différents êtres organiques qui peuplaient Azeroth. Les nains n'étaient pas préoccupés et venaient amarrer le navire au quai, aidant ses passagers à descendre. Dorethia les jaugea un moment avant de suivre la foule, cherchant désespérément du regard une tête connue qu'il fusse amant ou maîtresse d'un soir ou sur une longue durée. Rien, elle ne vit rien sauf des tas d'Andu'Dorei grelottant et empestant la peur. Un Andu'Dorei de haute taille et à la chevelure aussi rouge que du sang prit la parole, c'était probablement un noble, et si il prenait parole, c'est qu'il était le plus important en ces lieux.
« Mes frères et sœurs, nôtre Patrie a été dévastée, nos familles ont été tuées, nous n'avons nul part où aller sauf en ces lieux. Nos charmants amis Nains nous offrent leur hospitalité et se gagent à veiller à nôtre sécurité. » Le bourdonnement sourd des murmures s'élevait peu à peu avant que l'homme ne prenne à nouveau la parole. « Cependant, ceux qui ne se sentent pas à leur place ici sont libres de partir si ils le souhaitent. »
Il retourna parler aux Nains tandis que certains posaient leurs valises au sol et d'autres les prenaient se dirigeant vers le navire.
Nos amis Nains, depuis quand les nains sont nos amis pensa Dorethia. Elle ne savait rien du commerce de son peuple et les échanges avec les autres races, mais beaucoup de petit endroits tels que celui-ci parcouraient les rivages d'Azeroth et étaient des lieux de commerce et d'échanges avec le reste de la populace Azerothienne. Dorethia en eut assez, elle se dirigea vers un nain et demanda sèchement :
« Y a t-il un autre moyen de quitter ces lieux que part la mer ? »
Le nain se retourna, détaillant la jeune femme avant de lui répondre :
« Pour sûr ma p'tite Dame, faut vous prendre un bélier, il escaladera les montagnes pour vous et libre à vous d'partir vers Arathi. »
Elle ne savait ce qu'était Arathi mais elle opina avant de demander un bélier. Elle n'avait jamais fait de monte et ne savait pas ce qui l'attendait. Alors qu'on amena son bélier, elle fut surprise en voyant la bête, les nains l'aidèrent à se hisser dessus avant de lui tendre les rênes. Elle demanda si il fallait qu'elle paye et les nains répondirent que c'était « Son Patron » qui s'occuperait des dépenses de ses gens. Elle hocha la tête et donna un coup de talon dans les flancs de l'animal qui lui répondit par une ruade avant de se mettre au galop, la ruade faillit désarçonner Dorethia qui se tint aux cornes de la bête avant de se remettre en place, secouée par les foulées de l'animal. Alors qu'elle pensait que le pire fut passé, elle en y était loin, les bonds de l'animal pour gravir la paroi montagneuse lui faisaient perdre l'équilibre et manquèrent à plusieurs reprises de la faire chuter et lui donnaient la nausée. Elle fit s'arrêter sa monture une fois au sommet de la chaînes montagneuse regardant l'horizon, devant elle s'étendaient de vastes plaines de hautes herbes parsemées de buissons et arbres austères, de la fumée provenait de plusieurs endroits et elle serra les mollets pour faire avancer sa monture, préférant éviter les coups de talons. Elle explora de part en part cette région ce qui lui prit plusieurs jours et du traquer des bêtes pour faire ses repas, finalement elle prit la direction de la route pour s'en aller vers l'Ouest sans qu'elle ne le sache et ne s'arrêta que dans la Forêt des Pins Argentés. Elle établi son « logis » dans une vieille masure abandonnée, éloignée de la route et remplie de cadavres ambulant qu'elle tua non sans mal. Son besoin de confort était tel qu'elle dut travailler pour les Réprouvés une fois la faction créée, les aidant à repousser les non-morts du Fléau contre quelques pièces d'argent.
Dorethia continuait son apprentissage des ombres, seule. Elle voulait devenir plus forte mais sa masure lugubre l'ennuyait, elle prit la direction du Sud pour retrouver le monde des « vivants », la compagnie des Réprouvés étant morne, lugubre et lui rappelant le Fléau qui avait dévasté sa patrie. Elle explora tout les Royaumes de l'Est dans les moindre détail, munie d'une tente et possédant toujours son bélier, elle mit cinq ans avant de revenir vers les Réprouvés. Fatiguée d'avoir errer toutes ces années, buvant du sang des voyageurs infortunés qu'elle rencontrait et sa « tête » mise à prix, ou du moins « la Bête » était mise à prix dans plusieurs contrées, elle préféra retourner chez ses anciens compagnons non-morts. Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir que des expéditions allaient être menées en Norfendre suite au réveil de Roi-Liche, elle se proposa devenir avec eux et se présenta comme étant une elfe de Sang, elle ne savait qui ils étaient mais fit mine de savoir pour se joindre aux réprouvés et entreprendre sa vengeance face au Fléau. Elle vit ce qu'était les Elfes de Sang, elle comprit rapidement qu'il s'agissait d'une déviante des Quel'Dorei qui manipulaient les ombres, leurs yeux étaient tel des émeraudes mais étaient en tout point semblable aux Quel'Dorei, on lui apprit qu'ils étaient ainsi depuis la destruction de leur Puits de Soleil, mais elle se fichait de leur malheur, cela était mérité car après tout n'était-ce pas eux qui avaient dénoncé son peuple aux troupes du Fléau ?
Alors que les troupes réprouvés établissaient des avant-postes là où ils le pouvaient sur la surface du Norfendre, elle sentit un appel lointain au fond de son cœur, quittant ses alliés elle alla jusqu'à la désolation des dragons dans une grotte. Elle sentait que l'appel provenait d'ici et sa surprise fut plus importante encore lorsqu'elle vit Dame Alryvia et Dame Lanaerys côte-côte entourées par d'autres Andu'Dorei. Le cœur de Dorethia fit un bond avant qu'elle ne reprenne possession de son esprit et écouta attentivement le plan proposé par Dame Alryvia.
D'une part celle-ci s’autoproclama « Reine » des Andu'Dorei en attendant que les temps soient meilleurs et personne ne sembla s'y opposer, puis elle proposa que trois groupes soient mis en place, d'une part il y aurait ceux qui s'allieraient aux Réprouvés aux côtés de Dame Lanaerys, ceux qui mimeront une Alliance avec le Fléau pour obtenir des informations et ce aux côtés de Dame Alryvia, puis enfin ceux qui répandraient la parole de cette-dernière pour réunir les Andu'Dorei éparpillés sur Azeroth.
Alors que son cœur pencha pour Dame Alryvia, trop des siens voulurent l'accompagner, Dorethia se vit alors dans l'obligation de répandre la parole de sa nouvelle Reine. C'est ainsi que durant quelques années Dorethia erra à la surface d'Azeroth, réunissant les Andu'Dorei qu'elle rencontrait et ce jusqu'à ce que le Roi Liche tomba et que sa Reine envoya un nouvel appel pour réunir les siens dans une petit village humain des Pins Argentés. Dorethia préféra poursuivre sa mission faisant aller les siens vers Dame Alryvia puis se joignit à eux lorsque la rumeur dit que Dame Alryvia avait trouvé la Terre idéale.
Néanmoins, le nouveau village fut vite prit de troubles et suite à une sombre mascarade les Andu'Dorei durent fuir et reprirent la mer. Dorethia était songeuse et alors que tout semblait perdu, ils retournèrent à Valar Morghulis. La nouvelle émoustilla Dorethia qui fut excitée à l'idée de retrouver son foyer.
Lorsque la ville fut restaurée, sa Reine ; Alryvia Agaëti-Sangraën la convia au palais et lui donna le titre de Comtesse ainsi que le grade de Chevalier de Valar Morghulis, pour service rendu à la patrie.
Puis Dorethia fut nommée pour accomplir une expédition pour amener des vivres et des composants nécessaires à Valar Morghulis ce qu'elle accepta.
La jeune fille est actuellement sur un navire qui s'approche des côtes Nord de la Forêt des Pins Argentés ...
_________________


Back to top
Publicité






PostPosted: Sun 26 Aug - 14:21 (2012)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Hebuzard
Administrateur du Forum et de la Zone
Administrateur du Forum et de la Zone

Offline

Joined: 04 Jul 2012
Posts: 58
Masculin
500: 0.69
Point(s): 40

PostPosted: Thu 30 Aug - 17:01 (2012)    Post subject: Dorethia la Sulfureuse. Reply with quote

Je kiff ce Background.
_________________


Back to top
Visit poster’s website Skype
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 01:25 (2018)    Post subject: Dorethia la Sulfureuse.

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Andlat rôleplay Forum Index -> Valar Dohaerys -> Back-Ground des personnages All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Portal | Index | Administration Panel | Create forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group